Quel est votre parcours de formation, ainsi que votre parcours professionnel ?

« Quand je serai grand je voudrais faire un truc dans le dessin. »

Je me suis dirigé vers des études d’arts appliqués et de design de produit, en France, et à l’ISIA, de Florence, en Italie.

Après plusieurs expériences professionnelles, notamment chez le designer de produit Denis Santachiara, j’ai exposé au Salon Satellite, de Milan, en 2002.

Par la suite, j’ai collaboré avec des entreprises opérant dans des domaines variés. En parallèle, j’ai enseigné en Italie et suis intervenu, en France, dans différentes écoles d’art et de design.

En 2017, j’ai quitté l’Italie pour rejoindre la formation Créateur Verrier, au CERFAV, de Vannes-Le-Châtel, dans le Grand Est, afin de me spécialiser dans les arts verriers.

 

À quel moment et pourquoi le verre est-il devenu votre médium privilégié ?

Le verre a été présent, dès le début, de mon parcours professionnel.

En 2002, j’exposais à Milan une série de bouteilles découpées/collées, intitulée Embouteillage. Ce projet m’a poursuivi pendant des années.

Au début, des artisans milanais me réalisaient les pièces, j’ai pris ensuite la relève pour continuer cette autoproduction en autodidacte.

Le coup de foudre avait déjà eu lieu. C’est bien plus tard, en intégrant le CERFAV, en 2017, que j’ai décidé d’intégrer cette matière au cœur de mes projets. Je voulais quelque chose de long, de lent et sortir du carcan de la pièce utilitaire.

J’ai choisi la section vitrail.

Pourquoi une personne, une destination, une matière nous attirent-elles ? Question difficile.  Ce qui me fascine c’est la relation que le verre entretient avec la mémoire. Le verre est sans être. Un objet en verre n’est que le reflet de ce qu’il représente.

 

Comment décrivez-vous votre travail ?

La grande Histoire ou les petits moments, les croyances ou les légendes de petites vies au milieu de l’infini… Macro, micro.

À mi-chemin, j’arpente, pèlerin et j’aime à contempler la vie et l’humain. Je réalise des objets conteurs. Le verre, par son état vitreux, souligne un présent éphémère où le passé et le futur s’emmêlent, où le païen et le religieux se côtoient.

 

Quel sens revêt pour vous l’autoproduction ?

Joindre le corps à l’esprit, les gestes à la réflexion lorsque je suis en atelier.

Privilégier une petite production qui allie la sincérité, un brin de poésie et l’envie de partager.

Un facteur humain plus humain : rencontrer, collaborer, échanger. Du fournisseur à l’acquéreur en passant par des collaborations que je souhaite nombreuses.

Être ancré localement.

1975 Strasbourg, bonjour
1990-1993 Strasbourg, Arts Appliqués, cultiver ma passion
1995 Florence, Italie, études de design, renouer avec mes racines
2000 Milan, design de produits, chez Denis Santachiara
2002 Milan, salon Satellite, rencontre de Paolo Avvanzini, client et mécène
2006 Milan, mon agence/atelier
2009 Milan, début du travail du verre en autodidacte
2014 Saint-Jacques de Compostelle
2017 Vannes-le-Châtel, Cerfav, se mettre au verre
2019 débuts dans l’artisanat d’art
  • Matière

  • Teinte

  • Artisanat

  • Pièce

  • Fabriqué en

  • labellisé/ certifié

  • Réinitialiser les filtres
open menu