Quels sont vos parcours de formation, ainsi que vos parcours professionnels ?

L.B. J’ai suivi une formation en arts appliqués. En sortant de Duperré, j’ai travaillé en agences de création, adoptant alors une approche transversale du design (mode, textile, automobile, etc.). J’avais, par ailleurs, dès mes études, engagé un travail plastique, qui m’a amené à m’intéresser au verre.

Il est devenu mon matériau de prédilection. Il me questionne, car je le trouve très ingrat, donc complexe et intéressant. Il n’est pas simple, avec le verre, de réaliser quelque chose de beau (dans la pluralité du sens).

J’ai démarré mon entreprise, en 2000, avec des activités en autoédition. Ce modèle de production n’avait pas, alors, le succès qu’on lui connaît aujourd’hui. Mais, j’ai eu le soutien du modèle des Tsé & Tsé.

Alain Villechange, quant à lui, a commencé son parcours dans le verre en apprenant auprès de plusieurs artisans en France et à l’étranger, puis a intégré le CERFAV pour une seule année de formation au chalumeau.

Il travaille le verre borosilicate à la flamme, à la volée (sans moule, sans gabarit), à partir de tubes et de baguettes de verre. Le borosilicate se travaille à haute température. Son approche est qu’une réalisation engagée ne peut être interrompue, ni reprise (pas de travail à froid).

Le verre borosilicate (plus connu sous le nom de Pyrex) offre une forte résistance, notamment à la chaleur, aux chocs thermiques et aux acides.

Alain met en œuvre et perpétue un savoir-faire rare, qu’il porte à un niveau d’excellence.   

À l’issue de sa formation, il a intégré différents ateliers en France, aux États-Unis et en Allemagne, avant de d’ouvrir son atelier.

 

Quelle est la place de l’artisanat dans les différentes phases du processus de création ?

Au départ, j’amène le dessin et Alain me dit ce qui est possible. Avec le temps, j’ai une plus grande connaissance de la matière.

Notre travail s’élabore toujours dans l’échange. Afin de trouver des solutions, nous sommes dans des aller-retours, il expérimente, on réajuste, il multiplie les essais…  

Par ailleurs, on constate un télescopage entre un dessin, qui peut être très précis et la souplesse qu’apporte le travail de la matière.

 

Comment décrivez-vous votre travail ?

Il y a des références à la verrerie de laboratoire, avec un côté verrerie de petit chimiste, et aux petites leçons de choses, avec un aspect ludique, un jeu contenu/contenant. D’ailleurs, la première collection s’appelait Petites leçons de choses. J’aime l’objet qui s’efface et se révèle à l’usage, comme la carafe Bavarde.

Au départ, notre travail était uniquement transparent. En 2014, les décors en couleur apparaissent dans notre collection (ce qui coïncide avec la diffusion du tube de borosilicate de couleur). Avec ces pièces, on a revisité alors une partie de l’histoire italienne du verre. La couleur nous permet d’explorer autre chose, je pense, notamment, au bol à thé chawan Décembre, qui renvoie à la culture japonaise. En verre noir avec des apports de verre émeraude, cobalt et ambre, complété par une talonnette opaque lapis, il présente un volume mouvementé et une surface irrégulière comme modelée. Chaque bol chawan Décembre est unique.

Avec notre travail, il n’y a pas de reproductibilité mécanique possible. Et nos objets sont produits dans des quantités assez restreintes. Ce sont des pièces qui resteront « rares ».

Notre volonté est d’apporter de la poésie, de créer une expérience intime.

 

Quelle est votre définition du design ?

La définition de départ est aujourd’hui éclatée…

Le design implique un travail en conscience de la forme, de ses références et de ses sens.

Il est nécessaire de savoir ce qui nous anime. Je n’ai pas envie d’un design industriel et de masse.  Je privilégie le bel utilitaire. Le choix d’un objet est important et implique une relation d’accointance. Le bel objet doit être pérenne, ce qui induit un comportement. On doit lui porter de l’attention et lui témoigner de la considération. Il est nécessaire de pratiquer une élégance de la pensée et du geste.

2000 création de Laurence Brabant éditions
2009 début officiel de la collaboration Laurence Branbant – Alain Villechange
2014 introduction de la couleur dans la collection
  • Matière

  • Teinte

  • Artisanat

  • Pièce

  • Fabriqué en

  • labellisé/ certifié

  • Réinitialiser les filtres
open menu